LE DIRECT
Mocke

Mocke : "Je ne voulais pas d'un pudding musical cérébral et indigeste"

42 min
À retrouver dans l'émission

Le disque intitulé "Parle grand canard" est à paraître sur le label "objet disque" ce vendredi. Ce soir, nous recevons le musicien Mocke qui l'a composé. En sa compagnie, nous discutons de composition musicale et écoutons quelques titres pour patienter avant la sortie complète de l'album.

Mocke
Mocke

Depuis la pièce où il travaille à Bruxelles, entouré de ses guitares et de quelques livres précieux, le musicien optimiste et joyeux nous raconte la démarche de cet album à contre courant de ses deux précédents disques L'anguille (2014) et St Homard (2016) davantage écrits grâce à l'improvisation.

Nourri par l’idée d’une musique qui lutterait contre l’usure, qui ne se replierait jamais sur elle-même et qui échapperait en permanence à la répétition des motifs, Mocke a proposé à l’arrangeur Nicolas Worms d’imaginer des orchestrations pour un octuor (vents, cordes et bois). De cette étroite collaboration sont nés des paysages aux reliefs insoupçonnés, une palette de couleurs uniques, impressionnistes, brutales par moment, mais qui en disent long sur les mécanismes souterrains à l’œuvre. Parle Grand Canard est sans doute le disque qui parle le mieux de son auteur grâce à son art du détour, de l’entre-deux, du jeu des formes et des contre-formes.

L'album, enregistré dans les studios de Radio France, est composé de sept pièces instrumentales à la durée très variable. Le morceau d'un bon quart d'heure, intitulé "Autrui réclame un concept" donne le ton du reste du disque et illustre l'inventivité des noms de pistes choisis par le musicien, avant même de penser la musique qui les accompagne. 

Extraits de l'entretien 

Ce disque est extrêmement composé. J'avais une idée en tête, un concept. Sur mes deux premiers albums en solo, j'improvisais car j'en avais assez de composer. J'étais parti pour faire la même chose avec ce disque mais je me suis vite rendu compte que je m'ennuyais complètement, que je n'avais plus rien de nouveau à dire. Alors j'ai voulu faire l'extrême inverse, j'ai voulu surcomposer et en souhaitant quelque chose de très conceptuel, j'ai finalement fabriqué un disque très organique. 

Je reste persuadé que le meilleur moyen de revenir à soi plus profondément, c'est de s'éloigner, de bifurquer, de prendre des chemins de traverse. J'ai l'impression d'être un mec très attiré par les mélodies mais si je commence à chercher à composer une belle mélodie, ça ne marche pas, c'est super pénible. Quand j'essaie de créer quelque chose de beau, c'est juste joli, ça ne m'intéresse pas. Par contre, si je cherche ailleurs et que je me fixe un cahier des charges alors les mélodies reviendront naturellement. 

Archives 

Blaise Cendrars, émission "En bourlinguant avec Blaise Cendrars", RTF/RDF, 1950.
Jean Echenoz, émission "Masterclasses", France Culture, 2017.

Références musicales 

Autrui réclame un concept, Mocke
La part du chien, Mocke
My pet, Bix Beiderbecke

Prise de son 

Laurie Vachon

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......