LE DIRECT
Dinde de Noël

Quelles sont les vraies règles sanitaires à adopter pour ce réveillon ?

2 min

Les règles définitives, absolues, « ultimate » comme on dit en anglais.

Dinde de Noël
Dinde de Noël Crédits : Getty

Certes, il y eut des pelletées de reportages, articles et digressions sur ce qu’il faut faire ce soir, mais voilà la seule qui fait autorité. Laquelle ? Eh bien j’ai décidé de convoquer ce sondage effectué par le New York Times sur un échantillon d’épidémiologistes. Le journal leur avait demandé comment ils envisageaient de passer la fête américaine de Thanksgiving. Et ce qui est valable pour Thanksgiving l’est aussi pour Noël. 

Autant vous le dire, le résultat est absolument déprimant. Rien que la photo illustrant l’article donne envie de pleurer : une épidémiologiste montre le garage dans lequel elle va inviter sa famille à diner pour célébrer Thanksgiving, et tout, ou presque est du même acabit. Car 64 % des épidémiologistes interrogés n’inviteront personne à ce diner, une dinde et au lit. 15 % surenchérissent en expliquant qu’ils envisagent de ne rien faire du tout, pas de dinde et au lit. 

S’il n’y avait pas cette satanée bête à picot, on en déduirait aisément que les épidémiologistes sont une profession essentiellement constituée de sociopathes et de grands pervers. L’un d’entre eux explique qu’il s’est arrangé pour cuisiner chacun un plat avec des amis, échanger les Tupperware, et rentrer chacun chez soi pour diner. Super. What a fête… Les rares qui ont maintenu leurs plans envisagent de diner dans le jardin avec des parasols chauffants, ce qui suppose un jardin et un parasol chauffant… 

Bref sur l’échelle de la convivialité et de la chaleur humaine, on n’est pas loin de la température de conservation du vaccin. Heureusement, nous ne sommes pas nés de la dernière vague, et l’on peut imaginer que ces épidémiologistes mentent, car comme le disait Raymond Aron qui n’était pas épidémiologiste, « le monde dans lequel on vit, n’est pas le monde dans lequel on pense ». Mais surtout, demander conseil à un épidémiologiste comment passer ce Noël, c’est un peu demander à un avocat pénaliste si les êtres humains sont honnêtes ou tenter de cuisiner un cassoulet avec un diététicien vegan. 

Si le monde était abandonné aux épidémiologistes, nous serions peut-être tous, hélas, immortels. Mais comme le disait l’autre, l’éternité c’est long surtout à la fin. 

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......