LE DIRECT
Mariana Otero
Mariana Otero Crédits : Pascal Deux
Mariana Otero
Mariana Otero
Mariana Otero Crédits : Pascal Deux
SÉRIE

La Nuit rêvée de Mariana Otero

11 ÉPISODES (11 DISPONIBLES)
Mathilde Wagman reçoit la réalisatrice Mariana Otero pour sa Nuit rêvée.
À retrouver dans l'émission
Tous les Épisodes
26 min
LE 06/12/2020

"Comprendre l’autre, rentrer dans son regard, vivre à son rythme, être avec lui" et si possible "rendre visible l’invisible", voilà ce qui motive Mariana...

1h05
LE 06/12/2020

"L'Acadie l'Acadie ?!?", "Le Pays de la terre sans arbres" ou encore "La Bête lumineuse" : autant de films du documentariste québécois Pierre Perrault...

34 min
LE 06/12/2020

En 1976, dans un entretien accordé à Viviane Forrester pour "Poésie ininterrompue", Nathalie Sarraute racontait son travail d'écrivain et la constance...

59 min
LE 06/12/2020

Dans le cadre d'une série sur les "Passeurs de réel", autrement dit les cinéastes et acteurs de la production documentaire, Jean-Baptise Pérétié consacrait...

40 min
LE 06/12/2020

Dans du "Du jour au lendemain" en février 2008, Marie-José Mondzain au micro d'Alain Veinstein présentait son essai "Homo Spectator".

18 min
LE 06/12/2020

Engagée en tant que citoyenne, Mariana Otero se réfère au penseur Cornelius Castoriadis et à sa réflexion sur la place de l’individu dans le collectif...

50 min
LE 06/12/2020

"Répliques" proposait en décembre 1986 un débat intitulé "Un nouveau mai 68 ?" entre Luc Ferry et Cornelius Castoriadis. Enregistré au lendemain du mouvement...

26 min
LE 06/12/2020

En 1977, René Dumont, qui fut le premier candidat écologiste à l'élection présidentielle de 1974, était au micro de Jacques Paugram à l'occasion de la...

1h01
LE 06/12/2020

"Concordance des temps" proposait en 2017 une émission sur le thème : "Le tirage au sort, démocratique ?" avec l'historien Olivier Christin.

31 min
LE 06/12/2020

Dans "A Voix nue", la cinéaste Nelly Kaplan revenait en 2001 sur différentes dates de de sa vie. Dans le 3è volet, elle racontait ses débuts dans le cinéma...

5 min
LE 06/12/2020

Mariana Otero a choisi pour sa Nuit rêvée d’entendre des archives de Pierre Perrault, Nathalie Sarraute, Thierry Garrel, Cornelius Castoriadis, René Dumont,...

À propos de la série

Qu’elle s’immerge avec sa caméra dans un collège de banlieue, dans les locaux d’une télévision commerciale, ceux d’une entreprise de lingerie en faillite, d’une institution qui accueille des enfants autistes ou sur la Place de la République au moment du mouvement Nuit debout, Mariana Otero dit que chaque film est pour elle l’occasion de « comprendre l’autre en se plongeant dans son regard, dans sa manière de voir le monde ». Son dernier film, Histoire d’un regard, que l’on peut désormais voir en DVD ou en VOD, nous faisait découvrir celui du photo-reporter Gilles Caron, disparu en 1970, à l’âge de 30 ans. Par bien des aspects, il évoquait un autre de ses films, réalisé il y a presque vingt ans, Histoire d’un secret - celui, longtemps préservé, de la disparition de sa mère, et, déjà, cheminement vers le regard d’une artiste, celui de sa mère, qui était peintre.  

Les personnalités qu’elle a choisi d’entendre cette nuit font écho à ses films et à ce qui l’anime. Il sera question de cinéma, bien sûr : on écoutera le documentariste Pierre Perrault parler de sa manière de concevoir son métier ; Thierry Garrel, ancien directeur de l’unité documentaire d’Arte, dire sa passion pour cet art singulier qu’est celui du "film du réel" ; Nelly Kaplan, tout récemment disparue, évoquer la fabrication de sa Fiancée du pirate ; et encore la philosophe Marie-José Mondzain réfléchir à ce que signifie le fait d’être spectateur. Il sera aussi question de la démocratie et de sa crise contemporaine, d’abord à travers les réflexions du philosophe Cornelius Castoriadis, dans une archive de 1986 qui résonne de façon singulière avec le temps présent ; puis dans une émission qui raconte l’histoire du tirage au sort, outil, peut-être, d’un renouveau démocratique ; et à travers la parole de René Dumont, qui, dans "Parti Pris", en 1977, tâchait d’alerter ses concitoyens sur la nécessité de se préoccuper du sort de la planète. Enfin, et c’était là le tout premier de ses souhaits, on écoutera Nathalie Sarraute parler de l’écriture comme d’une pratique consistant à "rendre visible l’invisible" - une formule dont on imagine qu’elle pourrait aussi bien décrire le travail de Mariana Otero. Nous le lui demanderons.   

À venir dans ... secondes ...par......