LE DIRECT
Un manifestant porte un masque de Margaret Thatcher et une pancartev«Time To Go Maggie»  le jour de la démission de Thatcher -  Londres 22 novembre 1990 - Photo :Peter Macdiarmid

Avec la nouvelle saison de la série The Crown, mettre en scène la chute de Margaret Thatcher

4 min
À retrouver dans l'émission

La débâcle de Margaret Thatcher fut rapide et sans appel. À la tête du parti conservateur depuis 1975 et Premier ministre du Royaume-Uni depuis 1979, la "Dame de fer" aurait pu qualifier sans exagérer l'année 1990, d'Annus horribilis.

Un manifestant porte un masque de Margaret Thatcher et une pancartev«Time To Go Maggie»  le jour de la démission de Thatcher -  Londres 22 novembre 1990 - Photo :Peter Macdiarmid
Un manifestant porte un masque de Margaret Thatcher et une pancartev«Time To Go Maggie» le jour de la démission de Thatcher - Londres 22 novembre 1990 - Photo :Peter Macdiarmid Crédits : Getty

La quatrième saison de la série The Crown consacrée au règne toujours en cours d’Elizabeth II, a été diffusé cette semaine sur Netflix. Les dix épisodes couvrent la période des années 1970 jusqu’au début des années 1990. On restera de manière assez étourdissante sur sa faim sur l’histoire du conflit anglo-irlandais avec une allusion rapide qui inaugure la saison. Ce qui est par contre largement fréquenté par les scénaristes c’est la relation entre Margaret Thatcher, Premier ministre, et la reine, avec une mise en scène pointue de leurs entretiens hebdomadaires jusqu’à la chute spectaculaire de la première.  

La chute de Margaret Thatcher c’est une des plus belles dégringolades de l’histoire, un retournement sans précédent d’un camp politique contre son leader, pourtant vainqueur de toutes les élections nationales malgré les mouvements sociaux, vent debout contre la libéralisation sèche de l’économie britannique. Une relecture par la fiction avantageusement complétée par le visionnage ou la découverte du documentaire de William Karel de 2012 intitulé « Qui a tué Maggie ?». On y découvre la version de l’histoire de ceux qui ont fomenté cette assassinat politique, mis en scène sur le modèle d’un complot tragique, paré de tentures derrière lesquelles se cacheraient les comploteurs et les petits arrangements perfides pour en finir avec les méthodes cassantes d’une Margaret Thatcher qui malgré ses résultats et son aura dans l’histoire du pays n’avait pas achever d’amadouer son propre camp. La démission du fidèle Geoffrey Howe le 1er novembre 1990, constitue en la matière un coup de poignard magistral, une trahison magnifique.  

« Je réalise qu’il est désormais devenu futile de donner un sens à ce qui n’est plus crédible, de faire croire à une politique commune, alors que la moindre avancée risque d’être pervertie par des commentaires sans intérêt ou des solutions irréfléchies. Je ne crois plus qu’il soit possible de résoudre ce conflit en restant au sein du gouvernement. C’est pour cette raison que j’ai démissionné »  

A la tête de l’État Thatcher connait une fin pathétique, sans alliés dans son parti dont les membres du gouvernement font la queue devant la porte de son bureau pour démissionner les uns après les autres, en opposition avec sa politique européenne et une réforme de la taxe d’habitation considérée comme punitive qui déclenche des émeutes et la consacre comme l’ennemi des citoyens les plus fragiles du royaume. Son autoritarisme ne prend plus les atours de la courtoisie qui la caractérisait jusque-là et lasse ses soutiens toujours aux aguets pour limiter les dégâts diplomatiques de ses prises de positions sans considération pour ses interlocuteurs ou ses collaborateurs.  

Si l’endurance de Thatcher n’avait pas eu raison de l’inimitié politique de la reine, les deux dirigeantes se livrent un combat médiatique inédit au moment des réticence de Thatcher à condamner les régime d’apartheid de l’Afrique du Sud, le jour de sa chute est orchestré dans la série comme un retour aux fondamentaux de la solidarité féminine, engagée dans un monde politique britannique masculin qui, s’il n’avait pu faire autrement que d’accepter l’accession au trône d’Elizabeth II, n’avait jamais tout à fait admis l’hégémonie politique d’une femme qui a tenu au poste de Premier ministre pendant plus de 12 ans en adoptant des méthodes d’imposition de son programme politique d’une férocité absolue.  

Liens : 

La série The Crown est disponible sur Netflix 

Mais qui a tué Maggie ? de William Karel est disponible en dvd. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......