LE DIRECT
Jean-Luc Mélenchon va commencer sa campagne présidentielle par un "meeting numérique", ce samedi.

Faire campagne en temps de pandémie

4 min
À retrouver dans l'émission

La question se pose pour tous les candidats, avant les régionales de juin prochain : comment convaincre les électeurs en respectant les mesures sanitaires ? Pas simple...

Jean-Luc Mélenchon va commencer sa campagne présidentielle par un "meeting numérique", ce samedi.
Jean-Luc Mélenchon va commencer sa campagne présidentielle par un "meeting numérique", ce samedi. Crédits : Bertrand Guay - AFP

En temps de pandémie, Edouard Balladur serait-il devenu président de la République ? 

On a parfois expliqué la victoire de Chirac sur Balladur en 1995 par le fait que ce dernier répugnait au contact physique. 

En somme, il détestait serrer les mains des électeurs, quand son adversaire, lui, les empoignait par paquet de quinze ! Un manque de chaleur perçu comme du désintérêt, qui lui aurait coûté le présidentielle...

Évidemment, on galèje un peu avec cette question… Mais il est vrai que le virus va changer la physionomie des campagnes électorales. 

Comment imaginer des salles surpeuplées, gorgées de militants qui s’époumonent ? 

Ce serait la fête aux postillons. Et le fichier des sympathisants se confondrait bien vite avec le fichier des cas-contacts. 

Meeting numérique

Les dirigeants politiques le reconnaissent : ils n’arrivent pas bien à anticiper à quoi ressembleront les campagnes électorales. 

Pour Jean-Luc Mélenchon, la question est brûlante, il vient de déclarer sa candidature, et il ne peut pas se permettre de laisser retomber le soufflé. 

Voici ce que le chef de file des Insoumis a déclaré hier, dans l’émission “Dimanche en politique” sur France 3 : 

"Samedi prochain, je vais faire le premier meeting numérique en ligne. On va voir ce que ça donne... Je pense qu'il va falloir beaucoup inventer. Et recourir à des méthodes inattendues. Parce que personne ne sait faire de campagne en période de confinement. Donc il va falloir improviser !"

Improviser… Mais comment ? 

Dans tous les partis, les grands orateurs, qui parviennent à faire vibrer une foule de leurs cordes vocales, vont devoir changer de répertoire… Il serait assez ridicule de hurler dans un micro face à une salle vide, avec des auditeurs connectés à distance.

A moins, que comme pour les matchs de football joués devant des tribunes vides en ce moment, on rajoute une bande-son avec des applaudissements et des chants militants. Pourquoi pas. 

Et à l’étranger alors ? 

Quelques pays ont déjà tenu des scrutins depuis le début de la pandémie…

En Inde, 70 millions d’électeurs ont été appelés aux urnes dans la région du Bihar. Des meetings ont été organisés, avec les gestes-barrière. Mais la distanciation sociale a bien vite volé en éclat

En Corée du Sud, les élections législatives, en avril dernier, ont été maintenues, au prix d’un très vigoureux traçage des personnes contaminées. Sans oublier la mise en place d’un vote par correspondance, et la prise de température à l’entrée des bureaux de vote. Au-dessus de 37,5 degrés, vous deviez voter dans une urne séparée et désinfectée après chaque usage. 

Aux Etats-Unis, bien sûr, Donald Trump n’a pas changé grand-chose à sa campagne. Si ce n’est que ses meetings ont eu lieu à l’air libre, souvent dans des aérodromes. 

Joe Biden lui, a joué - voire surjoué - la sécurité. Pas de grandes réunions publiques, mais des visites modestes dans des usines ou des exploitations. Et l’appui des vidéos de campagne à la télé et sur internet. 

Alors à quoi ressemblera la campagne des régionales en juin prochain ? 

Après l’avènement du télétravail, voici celui de la "télé-campagne" ? 

On sera en tout cas sans doute bien loin des campagnes à la Chirac, en visite chez des commerçants ici à Paris en 1981, chez un boucher charcutier [extrait sonore, issu du documentaire "Reporters" de Raymond Depardon]. Pas moins de 8 poignées de main en une minute !

Bien sûr, l’arrivée d’un vaccin normalisera un peu la situation. Mais même lorsqu’il sera là - et on ne sait pas encore quand - est-ce que les craintes s’envoleront ?

Combien de temps faudra-t-il avant qu’on voit un tract électoral, donné de la main à la main, autrement que... comme un réceptacle à virus ? 

Combien de temps avant le porte-à-porte par grappe de militants ?

Combien de temps avant que revienne la tradition des bains de foule ? 

En politique, il est courant que les candidats mettent en valeur "la proximité" comme la première de leurs qualités. 

Une valeur qui sera moins que jamais facile à démontrer.

Frédéric Says

Chroniques

8H19
25 min

L'Invité(e) des Matins (2ème partie)

La laïcité au secours de l’unité républicaine, avec Elisabeth Badinter
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......