LE DIRECT
Le ministre de l'Intérieur ne fait plus l'unanimité y compris dans son camp. Manifestation parisienne novembre 2020

Les quatre policiers mis en cause dans un passage à tabac mis en examen par la justice

16 min

Quatre policiers mis en examen dont deux placés en détention provisoire suite au passage à tabac de Michel Zecler, la semaine dernière. Gérald Darmanin, lui, doit s'expliquer ce lundi soir devant la Commission des lois de l'Assemblée.

Le ministre de l'Intérieur ne fait plus l'unanimité y compris dans son camp. Manifestation parisienne novembre 2020
Le ministre de l'Intérieur ne fait plus l'unanimité y compris dans son camp. Manifestation parisienne novembre 2020 Crédits : Olivier Donnars - Maxppp

Les quatre policiers principaux auteurs du passage à tabac de Michel Zecler, producteur parisien violemment agressé dans son studio la semaine dernière, ont tous les quatre été mis en examen pour violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique. Deux d'entre eux sont écroués, les autres sont placés sous contrôle judiciaire. Cette agression filmée intégralement par des caméras de vidéo surveillance avait remis de l'huile sur le feu de la polémique concernant la loi "sécurité globale", votée il y a quelques jours par le Parlement et très vivement contestée par plusieurs associations et syndicats de journalistes. Dans cette affaire, les caméras avaient permis d'invalider la déclaration des policiers et même leur procès verbal, qualifié par le procureur de "faux en écriture publique". Une agression qui a, en outre, choqué l'opinion publique.

Écouter
38 sec
Pour David le Bars, Secrétaire général du SNCP, le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale, c'est à la justice de prendre en charge ce dossier

L'affaire a évidemment pris un tour politique. Elle vient remettre en cause la nécessité de l'article 24 du projet de loi "sécurité globale", celui qui limite le droit de filmer les forces de l'ordre. Dimanche soir, à Matignon, les cadres de la République en Marche, qui ont dans leur grande majorité voté ce texte, ont demandé à Jean Castex de finalement bien vouloir faire bouger les lignes. Une réunion à laquelle n'était pas convié le principal promoteur de la loi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui l'aurait mal pris selon son entourage. Le même Gérald Darmanin sera entendu ce lundi soir par la commission des lois de l'Assemblée nationale sur les "conditions dans lesquelles les forces de l’ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris depuis la manifestation du 17 novembre 2020". Un rendez-vous sous haute tension politique car le locataire de la place Beauvau ne fait plus l'unanimité dans son camp. Explications de Rosalie Lafarge :

Écouter
1 min
Un rendez-vous sous haute tension politique, car Gérald Darmanin ne fait plus l'unanimité dans son camp, les explications de Rosalie Lafarge

Les autres titres du journal

La réouverture de certains commerces ce samedi a permis aux commerçants de retrouver des couleurs : nous ferons le point sur le secteur de l'habillement et celui également de l'immobilier.

Au Brésil, ce sont les élections municipales qui signent la défaite des troupes de Jair Bolsonarao, mais aussi celle de la gauche brésilienne.

En Algérie, le nouveau président, Abdelmadjid Tebboune, 75 ans, hospitalisé en Allemagne, ne donne plus signe de vie.

Enfin, nous nous pencherons sur une nouvelle action judiciaire climatique, lancée par six plaignants portugais contre 33 pays européens.

À venir dans ... secondes ...par......