LE DIRECT
Nicolas Sarkozy à son arrivée au palais de justice de Paris le 23 novembre 2020

Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy attendra quelques jours

19 min

L'audience a été suspendue jusqu'à jeudi peu de temps après l'ouverture des débats. Le tribunal judiciaire de Paris a ordonné l'expertise médicale de l'un des coaccusés, l'ancien magistrat Gilbert Azibert. Nicolas Sarkozy est poursuivi pour corruption et trafic d'influence.

Nicolas Sarkozy à son arrivée au palais de justice de Paris le 23 novembre 2020
Nicolas Sarkozy à son arrivée au palais de justice de Paris le 23 novembre 2020 Crédits : JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY - AFP

A peine entamé, déjà suspendu. Le procès de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des "écoutes" s'est interrompu aujourd'hui, il ne reprendra que jeudi. Le temps nécessaire à l'expertise médicale de l'un des coprévenus, l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert, qui souffre de problèmes cardiaques. L'ancien président doit être jugé pour corruption et trafic d'influence : il est soupçonné d'avoir promis à Gilbert Azibert un poste à Monaco en échange d'informations sur une procédure le concernant. Nicolas Sarkozy rejette en bloc ces accusations. Il était présent à l'ouverture du procès. Le compte rendu d'audience d' Anne Fauquembergue.

Affaires dans lesquelles Nicolas Sarkozy a été cité ou impliqué
Affaires dans lesquelles Nicolas Sarkozy a été cité ou impliqué Crédits : SIMON MALFATTO, JULES BONNARD, DARIO INGIUSTO - AFP

Egalement suspendu, le procès des attentats de janvier 2015. Le principal accusé, Ali Riza Polat, souffre des symptômes de la Covid 19 depuis trois semaines. La cour d'assises spéciale avait envisagé de reprendre les débats aujourd'hui en recourant à la visioconférence pour entendre l'accusé franco-turc. Refus des avocats de la défense, mais aussi des parties civiles. Devant ce front uni, la cour a finalement décidé de prolonger d'une semaine la suspension du procès. 

Le Conseil d'Etat examinait aujourd'hui le recours de la mosquée de Pantin en Seine-Saint-Denis. Le lieu de culte est fermé pour six mois. Le gouvernement lui reproche d'avoir relayé sur sa page Facebook la vidéo du parent d'élève qui avait jeté en pâture Samuel Paty sur les réseaux sociaux. La mosquée de Pantin exige sa réouverture, au nom des 1500 fidèles qui la fréquentent régulièrement. Les explications de Cécilia Arbona.

L'assassinat de Samuel Paty est aussi à l'origine de tensions entre la maire de Paris Anne Hidalgo et ses alliés écologistes. La semaine dernière, le groupe EELV au Conseil de Paris avait certes voté un vœu de la municipalité pour donner le nom de Samuel Paty à un lieu de la capitale. Mais les écologistes avaient déploré le caractère précipité de ce vœu. Des réticences choquantes pour Anne Hidalgo qui a estimé ce week-end qu'EELV manquait de clarté dans son rapport avec la République. L'analyse de Pierre Neveux.

L'information, véritable révolution diplomatique, a été confirmée par des sources israéliennes. Benyamin Netanyahu était en Arabie Saoudite ce week-end pour rencontrer le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane. Le Premier ministre israélien était accompagné du chef du Mossad Yossi Cohen. Seulement voilà, le chef de la diplomatie saoudienne a formellement démenti aujourd'hui cette rencontre : "aucune réunion de ce type n'a eu lieu", affirme le prince Faycal ben Farhane. Le décryptage de notre correspondant à Beyrouth Aurélien Colly.

Aux Etats-Unis, le nouveau président Joe Biden a choisi son secrétaire d'Etat chargé de diriger la nouvelle diplomatie américaine. Il s'agit d'Anthony Blinken. Un choix intéressant pour la France : Anthony Blinken, 58 ans, est un parfait francophone, partisan du multilatéralisme, et c'est surtout un proche de l'ancien président Barack Obama. Franck Mathevon nous dresse son portrait dans ce journal.

À venir dans ... secondes ...par......