LE DIRECT
Fin 2019, Deliveroo revendiquait 11 000 livreurs en France, avec 4 000 candidatures toutes les semaines.
Épisode 3 :

Gig economy : les nouveaux tâcherons

58 min
À retrouver dans l'émission

Les indépendants forment 12% de la force de travail en France. Si ce statut permet de s'émanciper d'un salariat jugé trop contraignant par certains, pour d'autres, et notamment les travailleurs des plateformes numériques, il est surtout synonyme de précarité et d'instabilité.

Fin 2019, Deliveroo revendiquait 11 000 livreurs en France, avec 4 000 candidatures toutes les semaines.
Fin 2019, Deliveroo revendiquait 11 000 livreurs en France, avec 4 000 candidatures toutes les semaines. Crédits : Oli SCARFF - AFP

En ces temps de COVID, la livraison à domicile explose. Entre mai et juin dernier, 10% des entreprises créées en France l’ont d’ailleurs été dans les activités de livraison de repas. La poste vient de recruter 9 000 personnes supplémentaires, estimant que 100 millions de colis seront envoyés d’ici Noël, soit 20% de plus que l’année dernière.

Les personnes qui occupent ces emplois font partie de la "gig economy", ce modèle de travail qui consiste à effectuer des tâches les unes à la suite des autres, sans contrat salarial. Aux yeux du droit du travail français, ils sont "indépendants". Si ce statut permet une forme d'autonomie désirée par certains, il permet aussi à certaines entreprises de profiter de main d'oeuvre sans accorder à leurs travailleurs les bénéfices du salariat.

On a l’impression que les chauffeurs uber sont dans une position hybride : ils assument les risques de l’indépendance mais ne profitent pas de la liberté associée à ce statut. - Sophie Bernard

C'est particulièrement le cas pour les travailleurs des plateformes numériques. Alors que les applications comme Uber ou Deliveroo sont faites pour permettre de gagner quelques euros en plus de manière sporadique, certaines personnes travaillent quasiment exclusivement pour elles. Or, s'ils bénéficient de la même couverture sociale qu’un salarié en matière de santé (maladie, maternité, invalidité professionnelle...), ils ne sont pas couverts contre les accidents du travail. Ne cotisant pas à une assurance chômage, ils ne perçoivent pas d’indemnités en cas de perte de travail. Pas de chômage partiel en période de confinement, donc, et aucun filet de sécurité sur lequel se rabattre s'ils tombent malades.

Ces travailleurs ne sont pas totalement libres de la forme de leur activité : ils peuvent être contrôlés par la traçabilité des données, ils peuvent avoir une sanction par le blocage de leur compte. - Arnaud Cudennec

Si les indépendants forment 12% de la force de travail en France, les travailleurs des plateformes ne compte que pour 1% de celle-ci. Mais ils représentent un angle mort important de notre système de sécurité collective. Comment est-ce que les plateformes numériques ont-elles transformé les configurations du marché du travail ? Face à ces changements, comme l'État peut-il s'assurer que personne ne reste sans protection ? Pour en parler, nous avons fait appel à Sophie Bernard, professeur de sociologie à Paris Dauphines, chercheure à l’IRISSO et Arnaud Cudennec, chercheur en sciences sociales, spécialiste de sociologie économique, enseignant-chercheur à l’Université polytechnique de Hong Kong.

Références sonores

  • Extrait « Le quart d’heure » du 12 novembre 2020 (podcast RF)
  • Extrait des « Pieds sur terre » sur France Culture le 13 sept 2018
  • Extrait de « Germinal » de Claude Berri
  • Extrait de « La série documentaire LSD»  de Martine Abat / Rémi Douat sur France Culture le 14 mars 2017
  • Extrait d'une allocution de Nicolas Sarkozy

Références musicales

  • «Uber eats » de Marcello
  • « Therefore i am » de Billie Eilish

Chroniques

14H54
5 min

Le Journal de l'éco

Vaccins : l’arme économique décisive ?
Intervenants
  • professeure de Sociologie à l'Université Paris Dauphine, chercheure à l’IRISSO
  • Chercheur en sciences sociales, spécialiste de sociologie économique, enseignant-chercheur à l’Université polytechnique de Hong Kong.
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......