La culture générale en cpge

Thèmes et méthode : dissertation résumé synthèse

Programme de français-philosophie 2016 pour les CPGE scientifiques

Programme 2016 de français-philosophie des classes préparatoires scientifiques


Thème : Le monde des Passions.

programme cpge français 2016 le monde des passions
 
 
Oeuvres:
  • La cousine Bette (H de Balzac)
  • Andromaque (J Racine)
  • Dissertation sur les passions (D Hume)

Le monde des passions

Passion et action

L’état de passion apparaît d’emblée comme équivoque : le mot « passion » en effet (du latin patior, pati : supporter, souffrir) désigne en premier lieu tous les phé­nomènes passifs de l’âme. Les cartésiens nommaient « passions » tous les états affectifs (plaisirs, douleurs, émotions), pensant qu’ils étaient subis par l’âme du fait de son union avec le corps. D’un autre côté, la passion est une inclination si ardente qu’elle envahit l’individualité tout entière, balayant tout sur son chemin : en ce sens la passion est de l’ordre de l’activité, elle constitue une des forces vives du comportement humain. Cette ambiguïté fondamentale du concept de passion s’explique par les péripéties de son histoire. Dans son sens ancien, la passion est l’accident consistant à subir une action ; chez les stoïciens notamment, elle est une déformation accidentelle, une exagération de la tendance fondamen­tale qui veut que chaque être veille à se conserver. Les passions, on le sait, sont donc nocives à leurs yeux et le sage doit s’en garder s’il veut atteindre la sereine impassibilité qui constitue le bonheur.

La réhabilitation des passions commence avec Descartes pour qui « elles sont toujours bonnes de leur nature », étant donné qu’elles ont une fonction naturelle qui est de « disposer l’âme à vouloir les choses que la nature nous dicte utiles et à persister en cette volonté»(Traité des passions, article 42). Un véritable renversement n’intervient qu’avec les romantiques qui exaltent les passions, parce qu’elles élèvent et affermissent l’âme du vrai « sage », lequel, pas plus qu’un autre, n’est à l’abri de leur influence : « Il n’y a que des âmes de feu qui sachent combattre et vaincre, écrit Rousseau ; tous les grands efforts, toutes les actions sublimes sont leur ouvrage. »(La nouvelle Héloïse)

Lire la suite : Le monde des passions

Andromaque: Résumé et analyse



Présentation d'Andromaque

Andromaque est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), créée à Paris au théâtre de l’hôtel de Bourgogne en 1667, et publiée à Paris chez Girard en 1668.

Troisième pièce de Racine, cette tragédie marque le véritable point de départ de sa carrière. Il s’y inspire essentiellement de l’Énéide, de l’Andromaque d’Euripide, de la Troade de Sénèque, probablement aussi du sixième livre de l’Iliade et de certaines pages de Darès. Le succès fut immense mais les critiques fusèrent et, dès mai 1668, Molière joua la Folle Querelle de Subligny qui prétendait pointer les défauts de la pièce. Andromaque surmonta ces attaques et reste, aujourd’hui encore, la pièce la plus appréciée de Racine. Les recherches des metteurs en scène contemporains témoignent de cette vitalité: notamment celle de D. Mesguich (1975) ou celle de J.-P. Roussillon (1974) qui mettaient à mal les représentations traditionnelles de la pièce, ou encore celle Pierre Dux qui, en 1964, proposait une mise en scène plus respectueuse de la tradition dans laquelle tout accentuait les aspects conventionnels pour mieux souligner la fameuse «chaîne des amours». L’actualité d’Andromaque provient sans doute de la nouvelle manière de traiter la tragédie que Racine y faisait voir, à laquelle s’ajoutent des thèmes — exclusivité de la passion et folie — souvent privilégiés par le spectateur du XXe siècle.

Lire la suite : Andromaque: Résumé et analyse

La cousine Bette: résumé et analyse



Présentation de La Cousine Bette :

Ce roman est le premier d'un diptyque romanesque d’Honoré de Balzac (1799-1850), publié à Paris en feuilleton dans le Constitutionnel d’octobre en décembre 1846 (La Cousine Bette), et de mars à mai 1847 (Le Cousin Pons), et en volume chez Chlendowski et Pétion en 1847 et 1848.

Balzac avait déjà abordé le thème du parent pauvre dans Pierrette. Fondé sur une symétrie inverse, le présent diptyque oppose le triomphe de la méchante Bette à la chute progressive des excellents Pons et Schmucke. Écrits dans une période difficile pour l’auteur, ces romans pessimistes, parmi les plus noirs de la Comédie humaine, et «mis en pendant comme deux jumeaux de sexe différent», sont placés sous les signes d’Éros et de Thanatos. La Cousine Bette connut un succès étourdissant, alors que Balzac, épuisé, doutait de sa puissance créatrice. Difficilement commencé, mais rédigé pour l’essentiel en quelques jours, le texte accumule tous les éléments d’une vision sombre, fortement dramatisée.

Lire la suite : La cousine Bette: résumé et analyse

Dissertation sur les passions

Dissertation sur les passions, David Hume, 1739

 Extrait:

"Quand  nous avons une vision générale des passions, se présente [à nous] une division en passions directes et en passions indirectes. Par passions directes, j’entends celles qui naissent immédiatement du bien et du mal, de la douleur et du plaisir. Par passions indirectes, j’entends celles qui procèdent des mêmes principes, mais par la conjonction d’autres qualités. Cette distinction, je ne peux pour l’instant la justifier ou l’expliquer davantage. Je peux seulement observer que, de façon générale, dans les passions indirectes, je comprends l’orgueil, l’humilité, l’ambition, la vanité, l’amour, la haine, l’envie, la pitié, la méchanceté, la générosité et les passions qui en dépendent. Dans les passions directes, je comprends le désir, l’aversion, le chagrin, la joie, l’espoir, la crainte, le désespoir et le sentiment d’être en sécurité. Je commencerai par les premières."

Télécharger le texte intégral ici

 

Vous êtes ici : Accueil CPGE Le monde des passions