La culture générale en cpge

Thèmes et méthode : dissertation résumé synthèse

Les Rougon-Macquart de Zola : résumés de tous les romans



• Thérèse Raquin (1867)

Thérèse et son amant Laurent jettent à la Seine, lors d’une partie de campagne, Camille Raquin, mari de Thérèse. Mais le souvenir de Camille, matérialisé par divers signes symboliques (une cicatrice, un portrait, le chat noir), s’interpose entre les deux amants et les rend impuissants à continuer leur union charnelle c’est la forme « naturaliste » du remords. Dans une crise de haine mutuelle, ils révèlent leur crime à la mère de Camille, devenue paralytique et muette. Et ils finissent par se suicider ensemble sous ses yeux.

• La Fortune des Rougon (1871)

Pierre et Félicité Rougon sont des commerçants de Plassans, en Provence (ville imaginée sur le modèle d’Aix-en-Provence). A la faveur du coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte (2 décembre 1851), ils conquièrent le pouvoir politique dans la ville, et la fortune. Les paysans et les bûcherons républicains des environs ont tenté de résister par les armes au coup d’Etat, mais ils sont durement réprimés après une bataille perdue contre l’armée. Silvère Mouret, jeune parent des Rougon, meurt, avec la jeune fille qu’il aime, Miette, pour la défense de la République, laissant place nette aux appétits et aux ambitions du clan Rougon. Antoine Macquart, demi-frère de Pierre Rougon, dupé par celui-ci, trahit les républicains. Le roman s’achève sur la victoire politique et sociale des bonapartistes de Plassans, qui annonce les succès futurs de la descendance Rougon dans la société impériale. C’est le début de l’« Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire.»

• La Curée (1872)

Aristide Rougon, fils de Pierre (voir La Fortune des Rougon), vient de Plassans à Paris, au début du Second Empire. Employé à l’Hôtel de Ville, il s’informe frauduleusement des projets de grands travaux du préfet Haussmann et se lance dans la spéculation immobilière, truquant les dossiers et achetant les consciences. Enrichi, usant du pseudonyme d’Aristide Saccard, il habite avec sa seconde femme, Renée, un somptueux hôtel particulier près du parc Monceau. Renée Saccard et Maxime, son beau-fils, né du premier mariage d’Aristide, deviennent amants. C’est la double quête de l’or et du plaisir, dans la société corrompue du Second Empire.

Aristide dépouille sa femme pour renflouer ses affaires momentanément en péril, et Maxime abandonne Renée pour épouser une héritière aristocrate, Louise de Mareuil, Renée meurt ruinée et bafouée par les deux hommes.

• Le Ventre de Paris (1873)

Le roman se passe au coeur de Paris, dans le monde gras et coloré des Halles. Florent, déporté en Guyane après le coup d’Etat de décembre 1851, s’est évadé de Cayenne, et revient à Paris. Il y est recueilli par son parent, le charcutier Quenu, et la femme de ce dernier, Lisa, fille d’Antoine Macquart (voir La Fortune des Rougon). Ceux-ci lui trouvent une place d’inspecteur de la marée, sur le carreau des Halles. Mais ce républicain maigre est mal à l’aise dans ce monde de la nourriture grasse, et des commerçants gras, conservateurs, attachés, comme Lisa la charcutière, au profit quotidien que leur assure l’Empire. Compromis dans un complot contre le régime impérial préparé par des illuminés et des provocateurs à la solde de la police, il est dénoncé par Lisa et réexpédié en prison. Le ventre de Paris l’a expulsé comme un déchet. Le jeune peintre Claude Lantier tire la morale de l’histoire «Quels gredins que les honnêtes gens! »

• La Conquête de Plassans (1874)

L’action se transporte de nouveau à Plassans. Les conservateurs s’y partagent entre bonapartistes (menés par Félicité et Pierre Rougon), les légitimistes et les orléanistes. En face d’eux, les républicains parmi lesquels François Mouret, dont l’épouse, Marthe, est la fille des Rougon. L’abbé Faujas, agent occulte du régime impérial, a pour mission d’amener les monarchistes (légitimistes et orléanistes) à soutenir le régime de Napoléon III. 11 se servira pour cela de son autorité ecclésiastique, et du pouvoir spirituel qu’il s’assure sur les femmes, notamment sur Marthe Mouret. Il a pris location chez les Mouret, d’où il veille à réunir ensemble les trois clans conservateurs, et à écarter le républicain Mouret. Il finira par faire passer celui-ci pour fou et à le faire interner, pour avoir le champ totalement libre. Mais Mouret s’évade. Devenu réellement fou, il met le feu à sa demeure, et Faujas périt dans l’incendie.

• La Faute de l’abbé Mouret (1875)

L’abbé Serge Mouret, un des deux fils de Marthe Rougon et François Mouret, curé d’un village de Provence, les Artauds, perd la mémoire à la suite d’une grave maladie, qui l’a laissé épuisé. Son oncle, le docteur Pascal Rougon (fils de Pierre Rougon et frère d’Aristide et de Marthe Rougon) le fait transporter dans une demeure isolée au milieu d’un grand parc, le Paradou. Là, il est soigné par une jeune fille, Albine. Il reprend vie, tout en demeurant amnésique. Au terme d’une série de promenades et d’explorations à travers la végétation luxuriante du parc, les deux jeunes gens deviennent amants. Mais l’église, par l’intermédiaire du terrible frère Archangias, reprend son serviteur. Serge Mouret revient à la mémoire et à son sacerdoce, et abandonne Albine, qui se laisse mourir, au milieu des roses.

• Son Excellence Eugène Rougon (1876)

Eugène Rougon est un des trois fils de Pierre Rougon et Félicité Puech, avec Aristide et Pascal. Installé à Paris dès avant le coup d’Etat et « la conquête de Plassans » par les bonapartistes, il fait une carrière politique. Il est devenu président du Conseil d’Etat, et principal exécutant de la politique impériale. Les intrigues d’une femme, Clorinde Balbi, séductrice et aventurière, liée à un rival d’Eugène, éloignent momentanément celui-ci du pouvoir. Mais au lendemain de l’attentat d’Orsini en 1858, Eugène Rougon est rappelé au gouvernement, pour dirier une répression brutale et massive, aidé d’une bande de séïdes et d’obligés. A la fin du roman, il n’en prendra pas moins le virage de l’empire libéral, fondant son triomphe sur l’opportunisme.

•L’Assommoir (1877)

Zola revient à la seconde branche de la famille des Rougon-Macquart. Gervaise Macquart, fille d’Antoine Macquart (voir La Fortune des Rougon), blanchisseuse, est abandonnée, dans un hôtel du quartier populaire de la Chapelle, par son amant Lantier. Elle reste seule avec ses deux petits garçons, Etienne et Claude (le futur peintre, que le lecteur a déjà rencontré dans Le Ventre de Paris). Un ouvrier zingueur, Coupeau, devient amoureux d’elle et l’épouse. Ils ont une fille, Anna, dite Nana. Gervaise ouvre une boutique de blanchisserie, rue de la Goutte-d’or, et conquiert, à force de travail, un peu d’aisance. Mais Coupeau tombe d’un toit et se met à boire, au cabaret de l’Assommoir. Le couple, après une dernière fête partagée avec les proches voisins pour l’anniversaire de Gervaise, retourne à la misère. Lantier a réapparu et a fait de nouveau de Gervaise sa maîtresse, avant de la réduire à l’état de domestique misérable et humiliée. Nana se débauche. Coupeau, emporté par l’alcoolisme, meurt à l’hôpital. Gervaise, épuisée, affamée, le suivra de peu dans la mort.

Une page d’amour (1878)

Hélène Mouret, fille d’Ursule Macquart (soeur d’Antoine) et du chapelier Mouret, est la soeur de François Mouret (La Conquête de Plassans) et de Silvère Mouret (La Fortune des Rougon). Veuve de Grandjean, elle demeure à Passy, avec sa fille Jeanne, de santé très fragile. Un vieil ami de famille et son frère, un prêtre, lui rendent régulièrement visite. Un médecin du quartier, le docteur Deberle, soigne Jeanne, qu’il a sauvée d’une crise très grave. Séduisant et séducteur, il s’éprend d’Hélène, que par ailleurs son épouse reçoit. Il n’a de cesse d’obtenir un rendez- vous de la jeune femme. Mais tandis qu’elle devient la maîtresse de Deberle, pour une unique rencontre, Jeanne, restée seule, en proie à la jalousie, se laisse tremper par un orage. Elle en mourra, déchirant la « page d’amour» de sa mère qui, désemparée et désespérée, se laissera convaincre par le prêtre d’épouser le vieil ami de la famille, et partira avec ce dernier pour Marseille.

•Nana (1880)

Nana est la fille de Gervaise Macquart et de Coupeau (L’Assommoir). Initiée très tôt à la débauche, elle suscite le désir des hommes par sa beauté plantureuse et facile. Elle s’exhibe sur les scènes d’opérettes bouffonnes et mène parallèlement une carrière de «cocotte ». Entretenue par le comte Muffat, elle le trompe avec des camarades de coulisses. Elle conduit au désespoir et à la déchéance tous les hommes qui la désirent, et qu’elle bafoue les uns après les autres : l’un tente de se tuer dans l’appartement où elle le reçoit, l’autre disparaît dans l’incendie volontaire de son écurie de courses. Le comte Muffat accepte pour elle toutes les humiliations. Mais elle a trop préjugé de son attrait. Son étoile scénique et amoureuse pâlit. Elle finira misérablement, mourant de la petite vérole le jour de la déclaration de guerre à la Prusse.

• Pot-Bouille (1882)

Octave Mouret, fils aîné de François et Marthe Mouret (La Conquête de Plassans) est venu faire fortune à Paris. Il s’est logé dans un immeuble de la rue de Choiseul, au cœur du Paris commerçant. Il fait connaissance avec les familles qui habitent les différents étages de l’immeuble, en bourgeois cossus ou appauvris. Il surprend les secrets de leurs affaires et de leur intimité, et il séduit les femmes et les filles. C’est la marmite — la «pot-bouille », selon un terme populaire d’époque

— des mariages arrangés, des captations d’héritage, des adultères et des amours ancillaires. Du haut en bas de l’immeuble, les bonnes commentent l’envers de la respectabilité de leurs maîtres. Octave Mouret épouse Mme Hédouin, une veuve propriétaire d’un magasin de nouveautés. C’est le début de son ascension vers le succès et la richesse.

•Au Bonheur des Dames (1883)

Octave Mouret (Pot-Bouille) est devenu veuf de Caroline Hédouin. Le voilà à la tête du magasin de nouveautés dont elle était propriétaire, « Au Bonheur des Dames ». Une jeune fille arrivée de province, Denise Baudu, y est engagée comme vendeuse, et connaît la dure condition du « calicot », au bas de la hiérarchie du magasin, tandis que Octave Mouret transforme celui-ci en temple moderne et colossal du grand commerce, en spéculant sur la passion des femmes pour les étoffes et les modes. Or, il remarque Denise et s’éprend d’elle. Mais celle-ci, à la différence des autres femmes, lui résiste. Toute sa fortune ne peut rien contre la vertu de la jeune fille, qui se fait aimer de lui sans lui céder. Elle obtient de lui qu’il améliore les conditions de travail de son personnel et finalement accepte de l’épouser, comme dans les contes anciens les bergères épousaient les fils des rois.

•La Joie de vivre (1884)

Pauline Quenu, fille de Lisa Macquart, la charcutière du Ventre de Paris, est devenue orpheline à dix ans. Elle est recueillie par les Chanteau, qui sont retirés dans un petit village de pêcheurs de Normandie, au bord de la mer. Charitable pour tous, elle secourt toutes les misères et les douleurs des pauvres gens qui l’entourent. Le fils Chanteau, Lazare, est un garçon de faible caractère, qui fait se succéder les projets inaboutis. Pauline, qui l’aime, alors que lui ne la considère que comme une jeune et bonne camarade, et va en épouser une autre, sacrifie la fortune dont elle est héritière pour l’aider dans ses entreprises illusoires. Mme Chanteau meurt d’une maladie de cœur tandis que son mari souffre atrocement de la goutte. La femme de Lazare meurt en couches. La servante se pend... A toutes ces misères et ces absurdités de l’existence, Pauline, bonne et sereine, oppose, en dépit de tout, sa confiance dans la vie.

•Germinal (1885)

Étienne Lantier, fils de Gervaise Macquart et de son amant Lantier (L ‘Assommoir), quitte un atelier des chemins de fer, à Lille, et devient ouvrier mineur aux mines de Montsou, un site imaginaire du nord de la France. Sous la conduite du chef d’équipe, Maheu, il apprend son nouveau métier. Avec les Maheu, il connaît la misère et la révolte. Mais il s’initie à la lutte sociale et politique. Il aime Catherine, la fille de Maheu et de la Maheude, mais Catherine appartient à Chaval. Lantier devient le leader d’une grève qui, sous l’effet dc l’exaspération, dégénère en manifestations violentes et que l’armée réprime dans le sang. Chaval a trahi ses compagnons. Maheu meurt sous les balles. Le nihiliste Souvarine sabote le puits de mine. Etienne Lantier, isolé au fond, avec Chaval et Catherine, tue Chaval. Catherine meurt d’épuisement après s’être donnée à lui. Etienne, seul survivant de la catastrophe, quitte l’univers de la mine pour Paris.

•L’Œuvre (1886)

Claude Lantier, fils de Gervaise Macquait et d’Auguste Lantier (L’Assommoir), est un peintre exigeant, jamais satisfait de son art. Il appartient à une génération de jeunes peintres qui veulent ouvrir leurs toiles à la nature et aux sujets modernes et les baigner de lumière et de couleurs. Il recueille une jeune fille, Christine, qui devient son modèle et sa maîtresse. De son tableau intitulé Plein air, qui fait scandale au Salon, va naître une nouvelle école. Mais, malgré l’amour de Christine, la complicité de ses camarades — parmi lesquels l’écrivain Sandoz —, les villégiatures à Bennecourt sur les bords de la Seine, les stations sur les ponts devant le paysage parisien, il se laisse pénétrer par le doute. Le portrait de son enfant mort suscite l’indifférence. Il se pend devant le tableau visionnaire d’une femme nue, qu’ il n’a pas réussi à porter au point de perfection dont il rêvait.

•La Terre (1887)

Jean Macquart, fils d’Antoine Macquart (La Fortune des Rougon) et frère de Gervaise (L’Assommoir), est valet de ferme en Beauce. Il épouse Françoise Mouche, dont la sœur Lise est la femme de Butcau. Le père de celui-ci, le vieux Fouan, a donné ses terres à ses enfants, en échange d’une pension. Mais sous prétexte que l’autre fils du vieux paysan, surnommé Jésus-Christ, boit sa part d’héritage, Buteau ne veut rien verser à son père. Il lorgne d’autre part l’héritage de sa femme Lise et de sa belle-sœur Françoise. La grossesse de celle-ci, qui lui ferait perdre une part dés biens des deux sœurs, l’enrage. Il viole et blesse mortellement Françoise, avec la complicité dc Lise, et accapare aussi le bien de Mouche. Fouan, dépouillé par ses fils, a été le témoin du meurtre il est assassiné à son tour par les Buteau.

* Le Rêve (1888)

Angélique, fille non reconnue de Sidonie Rougon (la soeur d’Eugène et d’Aristide Rougon, voir La Fortune des Rougon, La Curée), a été recueillie par les Hobert, un couple de brodeurs qui vit à l’ombre de la cathédrale de Beaumont, une ville imaginaire au nord de Paris. Elle grandit là, passionnée par La Légende dorée, qui raconte le martyre et l’élévation des saints et des saintes. L’archevêque, Mgr de Hautecoeur, a eu autrefois un fils, Félicien, avant d’entrer dans les ordres à la suite de son veuvage. Le jeune homme restaure un vitrail représentant saint Georges, sous les yeux émerveillés d’Angélique, qui confond la légende et la vie, le «rêve» et le réel. Les deux jeunes gens s’aiment. Après une maladie qui a failli emporter Angélique, Mgr de Hautecoeur consent à l’union de Félicien et de la jeune fille. Mais Angélique meurt au moment même dc ses noces, sur le seuil dc l’église.

La Bête humaine (1890)

Jacques Lantier, fils de Gervaise Macquart, frère d’Etienne et de Claude, et demi-frère de Nana, est mécanicien de chemin dc fer sur la ligne Paris-Le Havre. Un jour de repos, sur le bord de la voie, il est témoin de l’assassinat du président Grandmorin dans un wagon, tué par le sous-chef de la gare du Havre, Roubaud, dont la femme Séverine a été séduite très jeune par Grandmorin. Jacques devient l’amant de Séverine. Mais il porte en lui, par une hérédité mauvaise, l’instinct de meurtre, Il tue Séverine dans un moment de folie. L’enquête erronée du juge Denizet conclut pour les deux meurtres à la culpabilité d’un pauvre diable, Cabuche, innocent qui paie pour les coupables. Cependant, Jacques, qui a noué une liaison avec la maîtresse de son chauffeur, Pecqueux, est pris à partie par celui-ci sur la machine (la Lison) en pleine vitesse. Les deux hommes roulent sous les roues, tandis que le train fou emporte une cargaison de soldats vers la guerre.

L’Argent (1891)

Aristide Saccard (La Curée) réapparaît ici. Après avoir vendu son hôtel particulier du parc Monceau, il s’est tourné vers la spéculation boursière. Il crée la Banque Universelle, qui draine les fonds des petits bourgeois catholiques et colonialistes rêvant de rechristianiser le Proche-Orient. Les cours s’envolent. Mais le succès de Saccard irrite son rival, le banquier Gundermann, Après une période d’expansion et de prospérité artificielles, entretenue par le génie spéculatif et publicitaire de Saccard, le cours des titres, qui a subi une hausse factice, s’effondre, dans une débâcle amplifiée par les manœuvres financières de Gundermann. Aristide Saccard, qui a ruiné ses actionnaires et ses propres espoirs de fortune, s’exile.

•La Débâcle (1892)

C’est le roman de la guerre de 1870 contre la Prusse, de la défaite de Sedan et de la Commune (mars-mai 1871). Le roman se compose de trois parties qui racontent successivement la marche épuisante de l’armée conduite par le maréchal de Mac-Mahon, de Reims à Sedan, en août 1870, la bataille désastreuse de Sedan (2 septembre 1870), et les semaines du siège de Paris et de la Commune, s’achevant sur la reprise de Paris par l’armée de Versailles, dans une guerre civile atroce. Jean Macquart (La Terre) et Maurice Levasseur sont les deux principaux personnages. Maurice sauve la vie de Jean sur le champ de bataille de Sedan, puis la défaite les sépare. Tandis que Maurice s’engage dans les rangs des communards, Jean reste parmi les Versaillais. Pendant la « Semaine sanglante », Maurice meurt sur les barricades, tué par un adversaire qui ne l’a pas reconnu, Jean.

Le Docteur Pascal (1893)

Pascal Rougon, médecin frère d’Eugène et d’Aristide (La Curée, Son Excellence Eugène Rougon, L’Argent), qui a soigné son neveu Serge Mouret (La Faute de l’abbé Mouret), vit dans la propriété de la Souleiade, à Plassans, entre sa nièce Clotilde (fille d’Aristide Rougon) et sa servante Martine. Il étudie l’hérédité, en prenant pour champ d’analyse sa propre famille il a consacré un dossier à chacun de ses membres, suscitant ainsi l’irritation et l’inquiétude de sa mère, Félicité Rougon, qui réussit à brûler tous ces papiers. Clotilde voue à son oncle Pascal une admiration et une affection sans limites, tout en discutant ses positions agnostiques. Pascal se laisse gagner par un amour où les sens trouvent leurs droits. Mais il meurt le jour même où Clotilde lui annonce la naissance prochaine de leur enfant celui- ci, peut-être, régénérera la famille des Rougon-Macquart.

Plus d'articles

Vous êtes ici : Accueil Bac Bac Les Rougon-Macquart de Zola : résumés de tous les romans